• 2021 es-tu là ?

      Peut-être vous serez-vous posés la question face à la métamorphose de ce blog en palais des courants d'air. Mais figurez-vous que depuis le confinement tout le monde et sa sœur a adopté un chien (en 2022 vous avez le droit de vous les refiler entre vous, le marché de l'emploi des vétos est tendu comme un string), des femmes ont conçu des enfants, et moi j'ai été placée dans l'impossibilité de conduire mon projet professionnel comme je l'entendais (= prendre sa retraite pendant sa vie active). Ajoutons à cela la redirection des vigueurs rédactionnelles vers T&N (si vous avez des suggestions de sujets sur lesquels vous aimeriez que j'écrive les vœux sont ouverts), le recueil d'un piano à pedigree venu prendre la place du hautbois (j'ai bien essayé la guitare pendant le confinement mais pas moyen, je déteste ça), et voilà un blog qui fonctionne en service minimum. Je culpabilise bien un peu de ne pas assez interagir sur la blogaux et d'y encourager les gens mais voilà je me sens moins concernée en ce moment.

      En 2021, je me suis donc consacrée à quelques obsessions pleinement assumées et inlassablement exercées triées sur le volet :
    - le patron de buste de base et l'étude de la morphologie, sur le mode du compagnonnage chez des needlenautes, ce qui m'a fait du bien par ces temps de réclusion covideux. J'ai donc bien sorti des patrons cette année, mais en édition très limitée !
    - la chemise
    - le pantalon avec des études de Dressed le pantalon et de Tatjana (la version finale devrait voir le jour en 2022 car la toile était prometteuse) ainsi que de pantalons droits sur base propre qui m'ont quasiment convaincu de ma profonde et incurable stupidité.

    Décernons le top 3 :

    La jupe Brume : seyante, pas chiante, modulable, banco. Et le tissu ne vieillit pas mal pour le moment.

    2021 es-tu là ?

    La chemise en Mammoth flannell : améliorable mais la plus chaude de sa catégorie donc portée.

    2021 es-tu là ?

    - la chemisette en imprimé toile de Jouy froncée : l'état de grâce de l'année, avec accession immédiate au titre d'habit qu'on a envie d'emporter en vacances.

    2021 es-tu là ?

    Des tests de patrons plus ou moins concluants :

    chemisette asymétrique Mimi G : un peu portée, comme elle va bien avec le short des glaciers elle devrait rester sur le terrain.

    2021 es-tu là ?

    - robe Shelby : modifications validées mais version impropre à la consommation pour cause de polyester et mollassonnerie ; la couleur ça va encore.

    2021 es-tu là ?

    - arrangement du chemisier Fashion style en blouse paysanne courte : j'ai essayé de la porter mais c'est comme la guitare, y a pas moyen même avec un short taille haute, sur moi ça bascule de ouf dans le dos. Je la donne à qui n'en veux.

    2021 es-tu là ?

    J'ai dessiné quelques trucs :

    - une robe tablier tartignolle parce que j'avais renoncé à mon intuition de départ pour ce tissu d'ameublement velouté ; comme je n'aimais pas le tomber flasque de la jupe sur les côtés, j'ai ajouté depuis les deux empiècement obliques sur les côtés prévus à l'origine sur le dessin, et ai teint la robe qui s'est retrouvée couleur crotte rougeâtre de chien sous canigou au lieu du café au lait promis...

    2021 es-tu là ?

    Trois mois passés sur la chauffeuse-purgatoire ont laissé quelques plis...

    - un boléro bi-face composé de chutes pour montrer l'exemple au concours 2021 de T&N, dont le biais jaune des entournures a été viré aujourd'hui même pour le remplacer par du marron, enfin des marrons... Pas sûre qu'il se trouvera plus souvent porté pour autant.

    2021 es-tu là ?

    2021 es-tu là ?

    Et toilé d'autres sans les avoir transformés faute de temps et tissu adéquat :

    - cette petite robe burda ambiance bal musette dont j'ai toilé le haut :

    2021 es-tu là ?

    Rpbe 124 d'avril 2014

    - une robe patronnée d'après fripe pour jouer dans un remake des Moissons du ciel :

    2021 es-tu là ?
    ça c'est la VO trop petite

    - un débardeur flottant à empiècement poitrine (la toile est moche donc on va pas traumatiser internet)

    Et amélioré la portabilité d'autres trucs :

    - dont la Passiblouse qui s'avérait trop étriquée aux emmanchures, en ajoutant une bande pour gagner 2 cm de large du col au milieu dos, et c'était une bonne décision, et c'est même pas trop moche. Et j'ai enfin transformé certains masques en remplaçant les lanières par des anneaux de jersey assorti pour les oreilles.

    2021 es-tu là ?

    Et terminé l'année par le tricot d'un châle marron en somptueux baby alpaga :

    2021 es-tu là ?

    De la couture altruiste ?

      Aucun habit, mais la parure de lit en lin lavé couleur mangue compte partiellement dans cette catégorie (la meilleure qualité trouvée pour ça était le como stone wash chez Lin de france #2021pointJacquesSéguéla, mais il gratte encore légèrement et in fine je n'ai pas trouvé ça vaaachement plus respirant que les draps en coton), et des taies d'oreiller en lin lavé plus épais jaune boléro et vieux rose à la texture épaisse et savonneuse hyper agréable (trouvés chez cousette et frou frou), même si monsieur a alors dit d'un air mélancolique et délaissé : "quand est-ce que tu en fais en tissu d'étiquette ?" Après intervention des décodeurs, c'était ça le paradis perdu. Et des housses de coussins avec de la bourre en charpie de chutes moelleuses.

    Des achats de vêtements ?

      Pas que je me souvienne à part quelques collants opaques (suis-je la seule à avoir un taux de craquage indécent à l'entrejambe avec les Bleu forêt ? un vrai syndrome de Stockholm !), deux paires de chaussures et un chapeau d'hiver, depuis le temps que je passe devant la boutique rue saint Blaise.

    Question financements occultes, j'allais annoncer peau de balle, mais voilà qu'Un⋅e Généreux⋅se Inconnu⋅e vient de financer l'hébergement de ce blog pour l'année, merci à vous !

    Quels projets pour 2022 ?

      Mhhhhh... J'ai l'impression d'avoir tellement d'affaires en souffrance en ce moment qu'on ne va pas trop s'engager et plutôt mettre une claque au cul du poney pour voir dans quelle direction il galope. Les trois marottes sus-mentionnées seront probablement de la partie, ainsi que la transformation en robes définitives des robes toilées ce printemps. Pour le reste...

    ...eh bien reste à vous souhaiter, fidèle lectorat, de vous sentir en 2022 comme un pull troué dans un film de Philippe Garrel, à votre place, là où se trouve votre cœur !

     



  • Commentaires

    1
    Fabienne
    Dimanche 2 Janvier à 09:02

    Pas d'inspiration pour 2022, étant dans l'action depuis 2 ans; J'aurai jamais pensé y être encore en ce début d'année.

    Couture, une grosse envie de l'y mettre sérieuse depuis le "confinement", de refaire de la couture, de m'habiller ainsi que Fifille. Mais la mise en route est laborieuse, une claque sur le cul du poney va être nécessaire aussi.

    Beaucoup de projets commencés non finalisés.

    Vous m'inspirez et me donnez envie d'affronter mes blocages, mes peurs.

    Bon Continuation pour 2022 !

      • Lundi 3 Janvier à 10:08

        Courage, comme souvent avec les reprises, il va probablement falloir passer le moment désagréable où l'on a l'impression de ré-enfiler une combi de plongée toute froide et mouillée, mais après ça pourrait bien devenir beaucoup plus fluide !

    2
    lorln
    Dimanche 2 Janvier à 14:21

    Billet un rien tristounet ... ou est-ce mon humeur morose qui me le fait lire ainsi ?

    J'attends avec impatience l'humour couturesque qui m'a fait tant aimé ce blog.

    Bonne année à toute la fratrie, famille, amis et au canidé également.

     

      • Lundi 3 Janvier à 10:28

        Ah ça papa, ça ne se commande pas.
        Ok pour les canidés mais ça reste quand même pour les félins que je fais ce métier, alors bonne année à eux aussi !

    3
    Moncelon
    Dimanche 2 Janvier à 16:47
    Moncelon
    Malgré le petit côté mélancolique de votre post, il m'a quand-même donné trois (voir plus)éclats de rire. Bon courage, Viconte, on a besoin de vous, et de vos patrons ! Meilleurs vœux, vraiment, de tout cœur !
    4
    Lucia
    Dimanche 9 Janvier à 09:05

    On a effectivement connu plus joyeux comme année et cette ambiance commence à devenir pesante pour tout le monde, mais heureusement que la cour est là et vous avec elle! J’adore votre blog et vos patrons, Fit but you know it est devenue MON patron de chemise fétiche (j’en ai quelque unes dans mon armoire…et d’autres en attente d’être cousues!). Surtout ne nous abandonnez pas! Belle année 2022! Lucia

      • Lucia
        Dimanche 9 Janvier à 09:07

        Je voulais dire « couture » et pas « cour »…fichu correcteur automatique !

    5
    Cilou6
    Mercredi 30 Mars à 13:10

    Comme bien souvent, j'arrive (bien) après la bataille!

    Beau bilan quand même, et pis d'abord tu fais ce que tu veux, c'est ton blog, tu ne nous dois rien!

    Bien sûr, c'est toujours un plaisir de te lire.

    Ah, j'aimerais qu'on puisse se voir "en vrai", toutes, pour parler couture et passepoils :)

    A bientôt j'espère 

    xxx

    Cilou

    6
    Maud
    Jeudi 16 Juin à 19:19

    Charlotte (vous permettez ?).

    Ce n'est pas parce que nous sommes des jumelles astrologiques – nées le même jour, le même mois et la même année (docta cum interneto) – que je vous écris. Non, non, même si c’est effectivement piquant !

    Ce n'est pas non plus parce que vous êtes vétérinaire, ce, malgré mon amour des chats, chiens et autres bestioles qui gambadent… même les araignées (mais, moi, sans avoir le courage de mettre ma peau, ou la leur, sur la table – d’opération – pour paraphraser l’indispensable Céline) ; cette inclination va si loin que, mis à part les arthropodes, je n’en ai pas autour de moi car je ne veux pas leur infliger mon désolant cadre de vie…

    Ne me pousse, pas davantage, votre goût, fort estimable, du cinéma des années 80 (le mien s’applique, à peu près, des années 40 aux années 80, rarement au-delà et sûrement pas jusqu’au cinéma français récent que j’exècre – pourquoi, mais pourquoi n’a-t-il pas suivi la voie féconde de Buffet froid ?).

    Cherchez bien, je suis sûr que vous trouverez… Sans plaisanter plus avant, arpentant la « blog-eaux », rarement profondes, des couturières depuis des années, le contenu personnel et couturesque largement mis en avant est souvent affligeant : du vu, du vu et du revu jusqu’au plagiat (que vous avez légitimement dénoncé) ; le manque d’humour et de dérision (d’abord contre soi), l’auto-célébration, sont consternant, d’autant plus, de reste, que l’art du fil, du tissu, est, lui-même, estimable au plus haut point et mériterait généralement mieux.

    Notez bien que je ne me cherche pas d’ami(e)s (comme Léautaud, « j'ai dans la tête la plus intéressante compagnie », soit dit sans forfanterie, plutôt comme conclusion de mes rapports avec la majorité des autrui…) ; je ne fais que rendre hommage à votre (trop rare) liberté de ton (la bien pensance est une qualité dont on pourrait aisément se passer afin « qu’il se passe quelque chose », comme le dit Jean Pierre Léaud l’alter-ego de François Truffaut et ainsi que vous le rappelez si bien en montrant que le fils de Maurice pouvait se réveiller parfois, pas longtemps, sans jamais valoir, au reste, l’acteur des Perses voire des Soleils de l’île de Pâques), à votre bonne humeur et votre intérêt aussi communicatif que vivant pour la couture.

    Par contraste, il est aisé de déplorer que semblable élégance se retrouve si peu chez celles qui se piquent de s’en habiller ! Continuez ainsi, sans désemparer, vous contribuerez à donner à la couture les lettres de noblesses qui, quoi que ses membres incultes et désespérées professent, lui font si cruellement, si visiblement, défaut, elle qui marne, à peu près uniment, entre la cuculerie la plus étale et le suivisme le plus stérilisant.

    Nous ne nous entendrons sans doute jamais, vous et moi, sur l’intégralité du fond, mais qu’importe ! Je vous écris ce jour pour vous dire que la forme importe beaucoup quand il n’y a plus rien, que la vôtre est d’une belle eau (j’aimerais, souvent, avoir certaines de vos trouvailles, de vos saillies, qui me font tant rire, qui NOUS font tant rire) et que la raillerie peut aussi s’appliquer, intelligente et stimulante, à l’art du fil, qu’elle est même, sans doute, l’antidote précieux à ce sérieux bigot, prétentieux, marécageux, mortifère, qui étouffe toute création authentique et détruit toute bonne volonté de participation (pas seulement dans la couture d’ailleurs).

    Aussi, ne vous perdez pas dans des blogs tiers, nourrissez le vôtre, faites-nous rire (ce n’est pas si facile que ça en à l’air et je sais, au regard du niveau de votre langue, les efforts que vous faites en cette matière) et réfléchir, dans vos mots (comme disent, je crois, les québécois), à votre façon : c’est la bonne !

    Je souhaite que 2022 sois bien là (surtout avec vous) et me réjouis de votre « financement occulte » pour l'année...

    Très vôtre (mais trop éloignée géographiquement, hélas, pour être de vos amusants « tricot-bière »)

    Maud

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :